La nécrologie anticipée d'Annie Cordy détournée

Les entrailles de Nécropédia

[Olive, 2012-08-02] revue de presse nécrologie rumeur

Malicieusement dénaturée sur une page Facebook qui annonçait son décès, la nécrologie anticipée de la chanteuse belge a affolé les réseaux sociaux tout le week-end. Retour sur une affaire largement couverte par les médias.

Buzz : La nécrologie anticipée d'Annie Cordy détournée

Naissance de la rumeur

Dès lundi, le Nouvel Observateur citant RTL remontait à la source de la rumeur de la mort d'Annie Cordy et décortiquait l'effervescence du week-end.

nouvelobs.com 30 juillet 2012 :
La rumeur s’est vite répandue. Elle est due au fait que le site Necropédia.org a publié des "nécrologies anticipées" des personnalités publiques, parmi lesquelles figurait celle d’Annie Cordy ! Un internaute a alors créé une page, en hommage à cette artiste, sur Facebook, ce qui a eu rapidement pour effet un buzz sur les réseaux sociaux, mais ce n’était qu’une rumeur !

C'est donc un internaute qui aura créé de toutes pièces cette rumeur en concevant une page hommage sur Facebook (effacée depuis) sur laquelle il faisait passer la nécrologie anticipée d'Annie Cordy publiée sur Nécropédia pour l'annonce de son décès. Le moins que l'on puisse dire est que sa petite manœuvre a fonctionné.

Dans le quotidien français la Voix du Nord, qui a consacré pas moins de quatre articles et dépêches à l'affaire, l'agent de la chanteuse Thierry Fééry explique que s'il avait déjà fait face à de fausses annonces de décès celles-ci « n'avaient jamais pris une telle ampleur ».

lavoixdunord.fr, 28 juillet 2012 :
L'agent artistique d'Annie Cordy est furieux. La fausse nouvelle de la mort d'Annie Cordy a fait le tour des réseaux sociaux ce matin à cause d'une regrettable méprise, sans doute à la lecture du site necropedia, qui s'intéresse à la mort et aux nécrologies et pratique volontiers l'humour noir. Thierry Fééry revient sur cette fâcheuse erreur et nous donne des nouvelles de la chanteuse belge.

Le site Necropedia propose des nécrologies anticipées de personnalités « à l'usage des journalistes pressés (!)» et celles-ci indiquent automatiquement la date du lendemain comme date de décès. C'est ainsi que le comédien Elie Semoun avait été concerné par la même méprise qu'Annie Cordy il y a quelques semaines, et avait démenti avec humour sur Twitter en confirmant en personne qu'il était bien mort.

Contacté par le quotidien belge le Soir, Thierry Fééry revient sur la portée de la vague qui a débordé bien au delà des réseaux sociaux, en révélant que « les médias l'avaient appelé de partout en France et de Belgique pour savoir si Annie Cordy allait bien. »

lesoir.be, 31 juillet 2012 :
C’est le site « Necropedia » (!) qui est à l’origine de la rumeur, qui propose aux « journalistes » pressés des articles nécrologiques au sujet de célébrités encore en vie. Alors qu’une nécrologie sur Annie Cordy venait d’être mise à leur disposition, la rumeur s’est propagée. L’agent artistique de la star belge, n’a pas du tout apprécié ce couac des réseaux sociaux : « Les médias nous appellent de partout en France et de Belgique pour savoir si elle va bien. » Et il ricane : « Annie a peut-être 84 ans mais elle a la pêche et s’apprête même à enregistrer à la mi-août un nouvel album. »

Le site d'information généraliste 7sur7 revenait quant à lui sur tous les messages d'alertes sur notre site précisant qu'Annie Cordy n'était pas morte et qui n'ont malgré tout pu empêcher la diffusion de la rumeur.

7sur7.be, 30 juillet 2012 :
Malgré l'avertissement du site stipulant que les personnes citées n'étaient pas encore décédées, la rumeur de la mort de la chanteuse s'est propagée à la vitesse grand V.

Dans la presse

De nombreux autres médias francophones ont également rapporté l'histoire.

rtl.be, 30 juillet 2012 :
Annie Cordy a été la malheureuse victime d'une abominable rumeur. Malentendu ou pas, voici comment cela est arrivé. Le site Necropédia.org publie les "nécrologies anticipées" des personnalités publiques. Celle d'Annie Cordy s'y trouvait parmi d'autres.
Un internaute a consulté cette nécrologie anticipée de Tata Yoyo et a créé une page hommage sur Facebook. Avec la puissance de communication des réseaux sociaux, la rumeur s'est propagée comme une traînée de poudre.

Contactée par nos confrères de SudPresse, l'assistante de la star a expliqué ne pas avoir parlé de cette rumeur à Annie Cordy. "Je ne compte pas lui dire, c'est de mauvais goût. Maintenant, si elle l'apprenait, de nature optimiste, elle le prendrait à la rigolade mais autant éviter", leur a confié celle-ci.
lematin.ch, 30 juillet 2012 :
Annie Cordy n’est pas morte
MUSIQUE — Ce week-end, la rumeur du décès de la chanteuse de «Cho ka ka o» a fait le tour des réseaux sociaux. Une mauvaise blague qui fâche l’entourage d’Annie.
Partie d’un site Web qui propose des nécrologies anticipées de personnalités, la rumeur de la mort d’Annie Cordy s’est propagée aussi vite qu’une traînée de poudre.

Et aussi, belgeinfo.com, lameuse.be, lanouvellegazette.be, cinetelerevue.be, meltybuzz.fr, etc.

Une affluence anormalement élevée

Concrètement le détournement de la nécrologie anticipée s'est traduit par un pic de visites samedi sur le site Nécropédia à l'audience habituellement confinée. Dans l'urgence nous avons ajouté un message d'alerte supplémentaire, en rouge, sur chaque page, pour mettre en garde les visiteurs victimes de l'imposture.

Des individus mal intentionnés lancent des rumeurs de décès sur les réseaux sociaux (essentiellement Facebook et Twitter) en détournant nos nécrologies anticipées. N'hésitez pas à nous les signaler.

Bien que Nécropédia se considère victime collatérale du détournement d'une de ses nécrologies anticipées, nous tenons à nous excuser auprès d'Annie Cordy, de son entourage et de tous ses fans pour le tort causé.

Longue vie à Annie Cordy.

O.L.

page served in 0.038s (0,7)