Les fantômes de Garrowby

Ou comment un lord anglais, plusieurs fois ministre de sa majesté, fit construire un repaire à fantômes puis à extraterrestres.

 
Garrowby Hill
Rick Harrison (2008)

De Charles Wood (1839 – 1934), lord Halifax, puissant seigneur d’une Angleterre encore impériale, ont disait qu’il était punch-like, semblable à un lutin. Cette nature ailée détestait tout ce qui pèse, se méfiait des gens trop sérieux et plaisantait tout, jusqu’aux fantômes de famille. Il ne se couchait pas sans avoir lu un bon roman policier ou un roman noir plein d’épouvante et de fantastique. Il en publia lui-même deux recueils, toujours réédités : « Lord Halifax’s Complete Ghost Book » et « The Ghost Book of Charles Lindley, Viscount Halifax ». Mais son château de famille n’était pas hanté, et il s’en désolait. Il ne pouvait rendre à ses hôtes la politesse suprême, le dernier piment de l’hospitalité : un effroi court mais violent, une terreur dont on ne sort que les cheveux tout raides et la robe de nuit bien mouillée des sueurs de l’angoisse.

Charles Lindley Wood, 2nd Viscount Halifax
Charles Lindley Wood dans les années 1900 (tirage platine de James Russell & Sons)

Alors le bon lord Halifax se fit construire un autre château, Garrowby Hall, spécialement conçu pour faciliter la circulation des trépassés. Des corridors secrets permettaient de passer d’un étage à l’autre, d’une pièce à l’autre. Les armoires étaient des portes, et les planchers des trappes. En pleine nuit, l’hôte de passage était réveillé par une forme blanchâtre et hululante. Il essayait d’allumer : le courant, bien entendu était coupé. Le ghost était généralement juvénil et inventif ; chaînes rouillées à l’appui, il criait bien fort les tourments de l’enfer. Une trentaine d’années plus tard, le garnement siégeait dans l’une ou l’autre des institutions gouvernementales qui font la gloire de Whitehall.

Garrowby Hall
Le château de Garrowby Hall, photographié en août 1929 (Circa)

Aujourd’hui tout cela est bien fini, isn’t it ? Du côté de Garrowby Hall, oui. Le château est bien trop décent et propre sur lui pour alimenter les fantasmes. Il en va autrement du côté de Garrowby Hill, à côté, avec son tumulus celtique. Ce haut lieu du Yorkshire mobilise maintenant les chasseurs de l’étrange. Allez sur Internet, on vous y apprendra que Garrowby Hill attire les fantômes comme des mouches, et aussi (il faut être moderne), les extraterrestres. Lord Halifax aurait bien rit, il avait trop d’humour pour se fâcher. A la suite d’Alexandre Dumas, de Charles Nodier, de Henry James, de Dickens, de Conan Doyle et autres maîtres du récit fantastique, il aurait songé que s’il ne faut jamais chercher à tromper autrui, il est vraiment difficile d’empêcher les autres de se tromper eux-mêmes. Et il se serait mis à écrire un nouveau récit, qu’il aurait peut-être intitulé Les fantômes de Garrowby.

Garrowby Hill
Tumulus au sommet de Garrowby Hill

 

Référence bibliographique : J.G. Lockhart, Charles Lindley Wood, Viscount Halifax, Part II, 1885-1934, Geoffrey Bless Publishing House, London, 1936.

R.L.

page served in 0.02s (0,7)